Le dossier de la rédac : Isolement, angoisse,… la précarité étudiante s’intensifie

Photo Pixabay

Les étudiants confinés depuis la Toussaint sont de plus en plus isolés. Les cours à l’université se font en grande majorité en distanciel, et les liens sociaux se dilatent. La situation des étudiants est-elle alarmante ? Peut-on parler de détresse étudiante ?

Stress, solitude, voire dépression… Les étudiants sont sévèrement touchés par la fermeture des universités. La crise sanitaire accentue ou provoque un mal-être chez certains étudiants.

Les distributions de colis alimentaires gratuits proposées par l’AGORAé, de l’université Jean Monnet à Saint-Étienne, ont explosées. Une demande en hausse qui témoigne une certaine précarité chez les étudiants. On s’est rendu sur place écoutez :

Une étudiante sollicite le Président dans une lettre ouverte

Eléa Da Cruz, 20 ans, étudiante en 2e année de langue espagnol, à l’UJM, vient d’écrire au Président de la République pour l’alerter sur la détresse psychologique des étudiants.

« Avec les cours en distanciel on se laisse aller », exprime Éléa. Elle nous explique le quotidien des étudiants:

Une monotonie, de plus en plus difficile à supporter mentalement :

Les jobs étudiant se font rares

Les jobs étudiants censés les conforter financièrement se font rares avec la crise économique, qui accompagne la pandémie. Éléa a des craintes pour l’avenir :

Tout ce que demande Éléa, c’est de reprendre les cours :

Des nouvelles annonces seront faites le 20 janvier par le gouvernement.

Sujet signés Enzo Martinet

Photo Pixabay

Journaliste
Infos après-midi