Les radios privées boycottent les quotas francophones

29 septembre 2015 à 2h38 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Les radios privées, dont ACTIV RADIO fait partie, se mobilisent ce mardi... Elles ont décidé - c'est inédit - de boycotter les quotas francophones pendant 24 heures. Il s'agit de dénoncer un amendement qui est examiné cette semaine à l'assemblée nationale. Un texte qui mettrait à mal les radios privées alors que les sorties de disques en français sont en net recul et que de plus en plus d’artistes français chantent désormais en anglais.

Cet amendement obligerait les radios privées à diversifier les chansons francophones sur leurs antennes. Dans la nuit du 16 au 17 septembre dernier, les députés ont adopté en commission ce texte dans le cadre du projet de loi sur la liberté de création défendu par la ministre de la culture, Fleur Pellerin.

Un amendement "liberticide", selon les radios privées


Actuellement, il faut savoir que les quotas imposent aux radios privées de diffuser 40% de chansons en français, mais les parlementaires ont relevé que sur certaines antennes, "10 titres francophones peuvent représenter jusqu'à 75% des diffusions francophones mensuelles", ce qui "ne permet plus aux nouveaux talents de rencontrer leur public".
Ainsi, l'amendement prévoit que si plus de la moitié des diffusions de chansons francophones est concentrée sur dix morceaux, les diffusions de ces chansons au delà de 50% ne seront plus prises en compte pour les quotas imposés. Un amendement jugé "liberticide" par les radios privées. Depuis quelques jours, vous entendez sur les ondes un spot incitant les auditeurs à appeler le standard de Matignon. Le slogan est clair : "à la radio, j'écoute ce que je veux". Le président des Indés Radios Jean-Eric Valli a fait savoir à l'AFP que les radios indépendantes diffuseront ce mardi uniquement "les morceaux français que les auditeurs souhaitent entendre, pas ceux imposés par les quotas".

Contactés par nos soins, les différents députés de la Loire n'ont pas répondu à nos sollicitations. Seuls Régis Juanico (PS) et Yves Nicolin (Les Républicains) nous ont tout simplement avoué ne pas maitrisé le sujet.

https://twitter.com/LesIndesRadios/status/647387629068152833