Passage en métropole : 80% des communes stéphanoises sont rurales !

21 octobre 2016 à 9h00 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Le 1er janvier 2017, Saint-Etienne Métropole passera de 45 à 53 communes. Et parmi les huit, la plupart sont des communes rurales comme La Gimond, Saint-Maurice-Gourgois ou Chamboeuf. La communauté urbaine comptera alors 36 de ses communes sous la barre des 5 000 habitants.

Des aides pour des projets


Rejoindre la future métropole - le projet de loi est en passe d'être voté - est une aubaine pour ces communes qui y voient une alternative face à la baisse des dotations de l'Etat. 32 millions d'euros sont reversés chaque année aux communes rurales. Le maire de Saint-Nizier-de-Fornas, Gilbert Soulier, remarque un état d'esprit du "construire ensemble". Concrètement, quel sera le changement pour les 677 âmes de ce village situé à 35 km de Saint-Etienne ?

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/289119074" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

"Un maire, une voix"


Si la loi est votée avant les élections de 2017, Saint-Etienne Métropole qui dépassera la barre des 400 000 habitants, deviendra l'un des 19 points d'appui en France. Objectif : avoir les moyens de se développer et exister notamment face à Lyon ou Grenoble. Par ailleurs, les maires ruraux auront le même poids que les maires des grandes villes puisque la règle du "un maire, une voix" a été instaurée. Gaël Perdriau, président, rappelle l'importance de ce projet collectif :

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/289119111" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]