Pour les enseignants ligériens, les établissements n'ont pas besoin de policiers mais de personnels supplémentaires

31 octobre 2018 à 14h43 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Les annonces du gouvernement pour enrayer le phénomène des violences n’auront finalement pas lieu cette semaine. Les ministères de l'éducation national, de l'intérieur et de la justice s'étaient réunis en fin de semaine dernière pour mettre en place un plan d'action. La présence de policiers dans les établissements fait débat…

Sandrine Melot, représentante dans la Loire du syndicat majoritaire des enseignants, le SNES


Les problèmes liés aux suppressions de postes selon le SNES


Mardi, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a exclu la présence de policiers dans chaque établissement, mais il n’est pas contre des "permanences policières" dans les établissements réputés difficiles. Pour un certain nombre d'enseignants, les suppressions de postes successives sont en partie responsables de la situation.



L'intersyndical annonce une journée de grève des enseignants le 12 novembre prochain dans toute la France