Procès des attentats du 13 novembre : la perpétuité requise contre Salah Abdeslam

10 juin 2022 à 19h59 par Léa Dusson

ACTIV RADIO

Commencé mercredi, le Parquet national antiterroriste achève ce vendredi son réquisitoire dans le cadre du procès des attentats du 13 novembre survenus au Bataclan, sur les terrasses parisiennes ainsi qu'au Stade de France.



Quelles réquisitions pour les accusés ?


Les peines requises par le parquet national antiterroriste contre les 20 accusés dans ce procès ont été énoncées ce vendredi après-midi.


Le parquet national antiterroriste requiert la réclusion criminelle à perpétuité avec période de sûreté incompressible contre Salah Abdeslam. Il s'agit de la sanction pénale la plus lourde en France.


La réclusion criminelle à perpétuité a été requise contre Mohamed Abrini, avec une période de sûreté de 22 ans.


La réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 30 ans et d'une interdiction définitive d'entrer sur le territoire français, a été requise à l'encontre d'Osama Krayem et de Sofien Ayari, accusés d'avoir aidé Salah Abdeslam durant sa fuite.


30 ans de réclusion criminelle assortie d'une période de sûreté des 2/3 requis à l'encontre d'Ahmed Dahmani.


Le parquet requiert aussi la réclusion criminelle à perpétuité contre Mohamed Bakkali, assortie d'une période sûreté de 22 ans et d'une interdiction définitive d'entrée sur le territoire. Ce dernier est accusé d'avoir aidé les commandos à préparer l'attaque.


Vingt ans de réclusion assortie d'une période de sûreté des 2/3 et d'une interdiction définitive d'entrée sur le territoire ont été requis à l'encontre des deux accusés soupçonnés d'avoir voulu participer aux attaques : Muhammad Usman et Adel Haddadi.


6 ans d’emprisonnement requis contre Farid Kharkhach,  9 ans assortie d'une période de sûreté des 2 tiers et d'une interdiction d'entrée sur le territoire français pour Yassine Atar, et 16 ans d'emprisonnement assortie d'une période de sûreté des deux tiers et d'une interdiction définitive d'entrée sur le territoire français pour Ali El Haddad Asufi.