Roche-La-Molière : une aide carburant pour aider les travailleurs les plus démunis

1er mars 2022 à 8h34 par Nicolas Georgeault

ACTIV RADIO

Une aide carburant est disponible à Roche-la-Molière à partir de ce mardi 1er mars.


Le prix du baril de pétrole flambe avec la crise ukrainienne et les sanctions envers la Russie. Conséquence, ça se ressent à la pompe. Comptez 1,74 euro le litre de gazole, 1,80 euro pour le litre de SP 95. 


La ville de Roche-la-Molière a donc décidé de réactiver son aide carburant. Les Rouchons bénéficient d’une aide d’un montant de 50 euros par mois pour faire le plein s’ils répondent à des critères précis. Ce dispositif, valable uniquement dans la commune de Roche-la-Molière, sera effectif durant les six prochains mois (en fonction de l’évolution du prix du carburant, il n’est pas exclu que l’aide puisse être renouvelée).


Eric Berlivet, le maire de Roche-la-Molière nous explique pourquoi cette aide a été mise en place :




Ce sont « souvent des jeunes qui ont un petit emploi » qui en bénéfice lorsque « les transports en commun sont difficiles d’accès » précise le maire.



Comment en bénéficier ?


Pour bénéficier de l’aide carburant, il est nécessaire de remplir cinq critères :




  • Il faut habiter à Roche-La-Molière depuis au moins 6 mois.

  • Avoir un lieu de travail inaccessible en transport en commun.

  • Toucher moins de 1500 euros par mois pour un emploi à temps plein avec la prime d’activité (critère dégressif, un temps partiel est au prorata temporis).

  • Avoir un travail hors de la commune.

  • Être salarié depuis au moins trois mois.


Si vous remplissez ces critères, vous devez appeler la mairie de Roche la Molière ou le CCAS, le Centre Communal d'Action Sociale. Une fois que votre dossier est validé, le CCAS vous donne des bons, d’un montant de 50 euros (si vous êtes en temps plein). Ils sont utilisables dans une station essence de la commune avec qui un partenariat a été noué.



Quel coût pour la commune ?


Cette aide devrait coûter entre 10 000 et 15 000 euros selon les estimations du maire, Eric Berlivet. En 2018, l’aide avait déjà été activée au moment de la crise des gilets jaunes, en raison de l’augmentation du coût de l’essence : une trentaine de personnes en avaient bénéficié.