Saint-Bonnet-les-Oules : 1500 personnes pour la dernière ligne droite

9 avril 2017 à 17h36 par Léa Dusson

ACTIV RADIO
Une vingtaine de tracteurs a ouvert la voie dimanche matin. Suivie par près de 1500 personnes, élus, agriculteurs et habitants de Saint-Bonnet-les-Oules et des communes voisines. Sur les pancartes le message est clair : ils ne veulent pas de la prison à Saint-Bonnet-les-Oules.  A l'image de Gaston, 91 ans né à Saint-Bonnet-les-Oules. 

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/316836737" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

https://twitter.com/ActivRadio/status/850999547304316928

Ils ne lâchent rien


Après une marche de 800 mètres le cortège s'est arrêté dans un pré. Au loin, on distingue bien le terrain pressenti pour accueillir la maison d'arrêt. Des fumigène ont même été allumés pour délimiter le périmètre, proche de l'aéroport et de l'entreprise SNF. L'association "Non à la prison à Saint-Bonnet-les-Oules" a tout mis en oeuvre pour que cette "manifestation médiatique" attire les médias nationaux et ainsi, être entendu à plus grande échelle.

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/316836758" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

https://twitter.com/ActivRadio/status/851003222995107840

D'autres sites déjà étudiés


Pourtant, au mois de mars, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a levé les doute : le site de cette commune sera choisi, si aucun autre terrain n'est proposé. La maison d'arrêt de 500 places, qui remplacera celle de La Talaudière, ouvrira en 2023. Mais l'échéance approche et ce choix ne passe pas chez les opposants.