Violences du 1er mai et usage de faux passeports diplomatiques : 1 an de prison ferme pour Alexandre Benalla

5 novembre 2021 à 15h57 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO

Le Parquet avait requis 18 mois de prison avec sursis. Alexandre Benalla a été condamné ce vendredi à trois ans de prison, dont un an ferme. 


L'ancien chargé de mission de l'Elysée pourra effectuer sa peine à domicile,  équipé d'un bracelet électronique.


Il était jugé dans deux affaires. On fait le point :




  • Violences du 1er mai 2018


L'affaire avait été révélée par le Monde en juillet 2018. Sur une vidéo datée du 1er mai à Paris, on voyait un homme à capuche frapper une personne en marge de la manifestation. L'homme qui assène les coups ne serait autre qu'Alexandre Benalla. Dès le lendemain, le Parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire. Alexandre Benalla est licencié de l'Elysée le jour suivant.


Il comparaissait pour "violence en réunion, immixtion sans titre dans l'exercice d'une fonction publique, port d'arme, usage public et sans droit d'un insigne, violation du secret professionnel et divulgation d'images de vidéoprotection"




  • Utilisation de passeports diplomatiques


Cette affaire est liée à la première. Alors qu'Alexandre Benalla a été licencié de l'Elysée, il continue de faire usage de passeports diplomatiques. Il est donc aussi jugé pour "faux, usage de faux en écriture et usage public sans droit d'un insigne".


Le Parquet avait requis 18 mois de prison avec sursis.