Suspicions de propos racistes : une réunion du bureau de l'Assemblée nationale ce vendredi

4 novembre 2022 à 15h09 par Clémence Dubois Texereau

Grégoire de Fournas
Grégoire de Fournas
Crédit: Capture d'écran Twitter

Dans le même temps, le député RN Grégoire de Fournas a adressé une lettre à Carlos Martens Bilongo.

Une réunion du bureau de l'Assemblée nationale annoncée ce vendredi à 14h30 pour évoquer de possibles sanctions à l'encontre de Grégoire de Fournas. Le député RN est soupçonné d'avoir eu des propos racistes à l'Assemblée ce jeudi à l'encontre d'un député LFI Carlos Martens Bilongo. Il risque des sanctions allant jusqu'à la censure avec exclusion temporaire de l'hémicyle. 

Le député RN a envoyé une lettre au député LFI où il affirme "être navré de l'incompréhension" avant d'expliquer la raison de son propos : 

Lorsque j'ai déclaré dans l'hémicycle: 'Qu'ils retournent en Afrique', j'ai évidemment fait référence au bateau et aux migrants que vous évoquiez. En aucun cas mes propos ne vous étaient destinés, je n'aurais jamais prononcé ni toléré une quelconque déclaration raciste ou insulte à votre égard. Courrier de Grégoire de Fournas 

Ce jeudi, Carlos Martens Bilongo avait lui déclaré être "tellement triste. C'est honteux d'être renvoyé à sa couleur de peau aujourd'hui". 

 

Un rassemblement de soutien

 

Ce vendredi a lieu en parallèle une manifestation de soutien à Carlos Martens Bilongo. De nombreux élus sont présents pour apporter leur soutient au député LFI. Jean-Luc Mélenchon plaide pour la "sanction la plus sévère" pour Grégoire de Fournas.

"Il faut que la peine soit proportionnelle à l'acte, et la proportion, c'est 'dehors'", explique-t-il, demandant l'exclusion du député.

"Lui, il n'est pas né en Afrique, moi j'y suis né, et personne ne m'a jamais dit d'y retourner" a affirmé Jean Luc Mélenchon

Mathilde Pannot, député La France Insoumise, a également pris la parole :

"N’en déplaise aux fasciste et aux racistes, nous sommes fiers d"avoir Carlos Martens Bilongo dans notre groupe", ajoute-t-elle, qui annonce que son groupe va se "battre" pour l'exclusion de Grégoire de Fournas de l'Assemblée nationale.