L'université de Saint-Etienne débloquée par la force !

3 novembre 2010 à 11h18 par La rédaction

Alors que les étudiants avaient décidé de reconduire la grève sur le site Tréfilerie, on a appris ce mercredi qu'il avait été débloqué par les forces de police. Un étudiant a été interpellé.

C'est l'une des cinq dernières universités de France (avec Le Mans, Lyon, Nantes et Pau) à continuer de planter les piquets de grève contre la réforme des retraites. Mardi, les étudiants de l'université Jean-Monnet de Saint-Étienne avaient décidé de reconduire le blocage du site Tréfilerie pour une semaine, à l'issue d'un vote qui s'était soldé par 180 voix « pour » et 121 voix « contre » le blocage. « Une occupation, y compris nocturne » jugée « préjudiciable à la sécurité des personnes et des biens » par le conseil d’administration de l'université Jean-Monnet.
« L'université occupée par des personnes étrangères »
Ce dernier, après en avoir référé au rectorat, a décidé de faire appel aux forces de l'ordre, ce mercredi, pour débloquer la situation. « Considérant les conséquences pour la sécurité des personnes et des biens résultant de la situation et souhaitant rétablir le fonctionnement normal de notre institution, j'ai demandé aux forces de l'ordre de procéder à l'évacuation des locaux occupés cette nuit en toute illégalité et en partie par des personnes étrangères à l'université dont des mineurs », confirme dans un communiqué le président de l'université Jean-Monnet, Khaled Bouabdallah. Une évacuation qui ne s'est pas déroulée sans quelques petites tensions entre étudiants grévistes et policiers, qui ont procédé à une interpellation.




C.M.