Mobilité entre Saint-Etienne et Lyon : le point sur l'avancée des travaux

5 février 2024 à 7h13 par Amandine Rousset

travaux pref
5 échangeurs, au total, devraient être réaménagés.
Crédit : Préfecture de la Loire

Face à une fréquentation de masse, l’Etat investit 400 millions d’euros pour une meilleure mobilité entre ces deux grandes villes. Depuis 2019, des travaux ont été menés, et d’autres sont encore à l’étude. Notamment un agrandissement des TER.

Banniere forum cancer saint-etienne

Améliorer la desserte ferroviaire et routière sur l’axe Saint-Etienne – Lyon, tel est l’objectif du projet Mobi’LYSE porté par l’Etat à hauteur de 400 millions d’euros, et par la Région à hauteur de 100 millions d’euros. La Métropole, ainsi que le Département financent également quelques travaux comme l’échangeur de la Varizelle.

Ce projet de mobilité, qui comprend trois axes principaux : une meilleure desserte ferroviaire, une meilleure sécurité sur les routes et plus de covoiturages, a pris forme en 2019, après l’abandon de l’A45. L’heure est au bilan.

L’échangeur de la Varizelle

Les premiers travaux de l’échangeur de la Varizelle ont débuté le 29 janvier dernier, pour une fin estimée en 2025. Quelques constructions sont envisagées comme un pont reliant les deux rives coupées par la RN88, un giratoire qui connectera les deux futures bretelles, l’une en direction de Lyon et l’autre de Saint-Etienne. Ce projet d’aménagement, situé dans le secteur de Saint-Chamond, coûte 25 millions d’euros. 50% du budget est pris en compte par l’Etat, l’autre moitié est répartie entre la Métropole et le Département.

L’échangeur de la Grand-Croix

Pour l’échangeur de la Grand-Croix, les travaux devraient avoir lieu de juin cette année à mars 2025. L’objectif ici est "d’allonger les bretelles, mais aussi les voies d’insertion sur l’autoroute. Ce qui permettra d’éviter les remontées de file, les risques de prise à contre-sens. Nous gagnerons en sécurité grâce à ces aménagements giratoires", explique Philippe Graziani, responsable du service ingénieurie routière de Lyon à la Direction Interdépartementale des Routes Centre-Est.

D’autres aménagements sont déjà sortis de terre, comme le doublement de la bretelle de sortie 9b sur l’A72. Une quinzaine d’opérations d’élargissement des bandes d’arrêt d’urgence entre Givors et Lyon sont à l’étude. 28 millions d’euros sont alloués pour ces travaux-ci. Sur l’échangeur 15, ces aménagements sont prévus pour 2025. 4 voies d’entrecroisement devraient aussi être construites d’ici 2027, afin de désengorger les voies de circulation de 2 échangeurs proches.

Des TER plus longs

La ligne ferroviaire Saint-Etienne – Lyon est en proie à de nombreux changements. C’est en tout cas l’une des priorités, assure le Préfet de la Loire. Au total, chaque jour, plus de 20 000 personnes voyagent en train, du cœur de Saint-Etienne jusqu'au centre de Lyon (ndlr, contre environ 80 000 via l'A47). Pour une meilleure desserte ferroviaire, la SNCF compte augmenter la capacité d’accueil des TER, en augmentant leur taille : 3 rames seraient ainsi mises à disposition des usagers. La capacité d’accueil serait ainsi doublée, avec 700 voyageurs en plus. Le tout, pour un total de 200 millions d’euros.

Des drones sont aussi utilisés afin d’éviter des pannes d’aiguillage. Ils sont pour le moment en phase de test, mais leur utilisation pourrait se généraliser à plusieurs secteurs d’ici quelques années. 


Titres diffusés