Lutte contre le racisme et hommage à George Floyd : nouveau rassemblement à Saint-Etienne

Place Jean Jaurès Saint-Etienne @ActivRadio

Une centaine de personnes était réunie ce mardi soir à Saint-Etienne.

Le rendez-vous était donné à partir de 18h sur la place Jean Jaurès pour dire non une nouvelle fois au racisme mais aussi en hommage à George Floyd, décédé lors d’une interpellation le 25 mai dernier, c’était aux Etat Unis.

Quelle formation pour les forces de l’ordre ? 

Un rassemblement symbolique puisque cet américain a été inhumé ce mardi. Une mobilisation également pour rendre hommage à Wissam El-Yamni, ce jeune homme de 30 ans, décédé le 9 janvier 2012 à la suite d’une interpellation à ClermontFerrand.

Parmi les personnes présentes lors de cette mobilisation, Pierre Marie Dugas. Il est secrétaire de la Ligue des Droits de l’Homme à Saint-Etienne.

Pour lui, la formation des forces de l’ordre est l’un des éléments à corriger pour éviter les drames lors des interpellations, écoutez :

« Il y a incontestablement un fort problème de formation. D’une certaine manière, on leur a inculqué la démarche qui est : il faut que vous puissiez prendre le contrôle physique de l’autre, qui est perçu comme un adversaire. C’est un petit peu court. Evidemment ils ont des techniques à maitriser. Il ne s’agit pas de dire embrassons-nous. (…) mais là, dans leur formation, il manque quelque chose profondément ». 

Pierre Marie Dugas dénonce également l’action des pouvoirs publics :

Même son de cloche pour Pierre Roy, président de la Libre Pensée de la Loire, également présent lors de cette mobilisation :

 

Réponse de Christophe Castaner 

Du coté de gouvernement, les premières réponses face à ces mobilisations ont été annoncées ce lundi 8 juin. Les forces de l’ordre ne pourront plus utiliser la méthode dite de « l’étranglement«  lors des interpellations, a déclaré Christophe Castaner, le ministre de l’intérieur.
Même chose pour l’appui sur la nuque et le cou des policiers pour immobiliser un individu.

Parmi les autres annonces à retenir, les directions de gendarmerie et de police devront systématiquement envisager une suspension en cas de « soupçon avéré » d’acte ou de propos racistes, demande le ministre. Ce dernier refuse la généralisation « Je refuse de dire que l’institution est raciste, mais oui, il y a des policiers racistes. » Fin de citation.

– Reportage signé Enzo Martinet.  

Place Jean Jaurès Saint-Etienne @ActivRadio

Journaliste
Infos après-midi