Rive-de-Gier : le maire monte au créneau après l'arrivée de deux familles syriennes sur sa commune

4 octobre 2017 à 21h43 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
MàJ - Jeudi 5 octobre - 7h18

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde, disait Michel Rocard en son temps. C'est en substance le message adressé par le maire de Rive-de-Gier Jean-Claude Charvin au Préfet de la Loire. L'élu ripagérien monte au créneau après l'arrivée en début de semaine dans sa commune de deux familles de réfugiés syriens. Elles ont été prises en charge et hébergées par l'association Habitat et Humanisme.

"Il me semblerait plus judicieux d'installer ces familles
sur des territoires dont le niveau d'immigration
est en dessous de la moyenne nationale"


Dans son courrier, Jean-Claude Charvin juge la "politique d'accueil" de l'Etat "incohérente". L'édile assure que sa "démarche n'est en aucune manière politique" et dit "douter que les conditions soient rassemblées pour permettre une bonne intégration de ces familles", dans le centre-ville alors même que l'Etat lance un vaste plan de rénovation du quartier.  Pour Jean-Claude Charvin, Rive-de-Gier a été assez accueillante depuis les années 60. Sa commune ne peut donc plus absorber davantage de populations extérieures. Aussi, il invite clairement les services de l'Etat "à installer ces familles sur des territoires dont le niveau d'immigration est en dessous de la moyenne nationale".

Jean-Claude Charvin n'en est pas à son coup d'essai sur ce sujet de l'immigration. En juillet 2016, il avait fait part au Préfet de la Loire de son souhait de refuser toutes les demandes de regroupement familial à la suite de l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Contacté par nos soins, Jean-Claude Charvin n'a pas souhaité s'exprimer avant que le Préfet n'ait reçu son courrier (il a été envoyé le 2 octobre, ndlr). Le maire de Rive-de-Gier a répondu à nos questions ce jeudi matin dans le journal de 7h.



Ci-dessous, le courrier adressé au Préfet


ACTIV RADIO


ACTIV RADIO