Saint-Etienne accueille le premier centre pour traiter les troubles alimentaires

13 octobre 2015 à 13h00 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
C'est une première en France : le CHU de Saint-Etienne vient d'ouvrir un centre référent pour le traitement des troubles du comportement alimentaire (TCA), c'est-à-dire l'anorexie mentale et la boulimie. Ce centre où travaille une petite dizaine de professionnels va permettre d'améliorer l'accès aux soins pour les patients de la Loire, de la Drôme et de l'Ardèche. Sa vocation ? Réduire le délai entre le début de la maladie et la prise en charge. Actuellement, il est de 3-4 mois pour une première consultation. Objectif du centre : 15 jours. C'est une forme de "guichet unique" où psychiatres, somaticiens, et endocrinologues tentent de comprendre cette pathologie aux conséquences sociales et physiques lourdes. Une vingtaine de patients bénéficie d'un suivi depuis le 21 septembre, date de l'ouverture des consultations. Pour le professeur Bruno Estour, s'adresser au médecin généraliste est très important :

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/228070724" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Quel est le travail pour sortir de la maladie ? Pr Catherine Massou, psychiatre :

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/228075801" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

On estime entre 1 et 3% la population souffrant de troubles du comportement alimentaire. Ils touchent principalement les jeunes femmes entre 15 et 35 ans. Il y a une dizaine d'années, le CHU de Saint-Etienne a réalisé une étude auprès de 20 000 élèves (filles) de 3ème et 2nde de Loire et Haute-Loire. Résultat : 90% affirment avoir une préoccupation pondérale MAIS selon les statistiques, 1% d'entre elles tombe dans la maladie.