Saint-Etienne : quatre jeunes en garde à vue après l'intrusion à la permanence du député Gagnaire

2 juin 2016 à 14h35 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
Article mis à jour à 17h30, ce jeudi 2 juin

Le 12 mai dernier, plusieurs individus avaient pénétré par effraction dans la permanence du député PS de la Loire Jean-Louis Gagnaire à Saint-Etienne. Ils avaient notamment déployé une banderole en marge de la manifestation contre la Loi Travail.

On a appris ce matin que quatre jeunes, une femme et trois hommes âgés de 24 à 29 ans, ont été placés en garde à vue. Trois ont été interpellés chez eux, le quatrième s'est rendu de lui-même à la police. On leur reproche leur intrusion dans la permanence, mais également des dégradations et des violences contre des policiers.

ACTIV RADIO


Un rassemblement de soutien à ces quatre jeunes a eu lieu ce midi devant le commissariat central, cours Fauriel. Une bonne centaine de sympathisants d'extrême-gauche et de syndicalistes notamment se sont réunis sous la pluie, en scandant "Sainté debout, soulève-toi". Vers 15h, les manifestants se sont dispersés. Le reportage de Baptiste Ollier

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/267117541" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Les quatre jeunes interpellés pourraient être renvoyés devant le tribunal, une fois l'enquête de police terminée. Le député Jean-Louis Gagnaire a confirmé à l'AFP qu'il avait bien porté plainte mais qu'il n'y avait pas eu de dégradations dans sa permanence. Jean-Louis Gagnaire sera notre invité demain dans la matinale à 8h30 en direct sur ACTIV.

3 syndicalistes jugés demain à Saint-Etienne


Dans un communiqué, la CGT s'étonne que ces interpellations interviennent à la veille d'un rassemblement prévu demain, vendredi, devant le palais de justice de Saint-Etienne. Trois jeune syndicalistes, arrêtés en marge d'une manifestation contre la Loi Travail le 31 mars dernier, seront jugés par le tribunal correctionnel pour des faits violences et dégradations.