Suppression de la taxe d'habitation : le maire d'Unieux inquiet

21 juillet 2017 à 9h13 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
On revient sur la réforme de la taxe d’habitation confirmée lundi par le Président de la République Emmanuel Macron au Sénat lors de la Conférence des territoires. L’impôt sera supprimé pour 80% des Français. Jusqu’à présent, plus de 27 millions de personnes la paient chaque année. La taxe d’habitation rapporte aux collectivités locales 22 milliards d’euros. Elle leur permet de financer tout un tas de services qui pourraient avoir du plomb dans l’aile.

30% du budget de fonctionnement de la ville d'Unieux


Exemple dans la Loire, à Unieux, où cette taxe représente 30% du budget de la commune. La supprimer n’est pas forcément une bonne nouvelle selon son maire, le communiste Christophe Faverjon

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/333858874" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Suppression de la taxe d’habitation d’un côté et réduction des dotations de l’Etat. Ce n’est pas 10 milliards, mais 13 milliards d’Euros d’économie que devront réaliser les collectivités locales. Emmanuel Macron a clairement annoncé la couleur. Une équation qu’il va être difficile à résoudre pour Christophe Faverjon

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/333859112" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

Le maire d’Unieux Christophe Faverjon compte sur la mobilisation des élus locaux pour obtenir une remise à plat de la politique fiscale.

Gaël Perdriau reste vigilant


Le maire d’Unieux Christophe Faverjon compte sur la mobilisation des élus locaux pour obtenir une remise à plat de la politique fiscale. Le maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole a lui aussi réagi à la suite de la Conférence des territoires. « Restons vigilants et constructifs », dit Gaël Perdriau.