Face au risque d'incident nucléaire, des pastilles d'iode distribuées dans 15 communes de la Loire

4 février 2016 à 18h41 par Clémence DUBOIS TEXEREAU

ACTIV RADIO
La campagne de distribution de pastilles d'iode pour les personnes habitant autour des centrales nucléaires en France vient de démarrer, début février. Dans la Loire, 15 communes du Pilat, situées dans un rayon de 10 km autour de la centrale de Saint-Alban en Isère sont concernées.



La distribution d’iode aux populations, ce n’est pas nouveau. Cette mesure préventive date de 1997. Il faut la renouveler régulièrement car les comprimés sont périssables. Avaler une pastille d’iode en cas d’incident nucélaire fait partie des bons réflexes à avoir… Mais il y en a d’autres comme le précise Philippe Le Moing-Surzur, de la direction générale de la planification et de la gestion des crises au ministère de l’Intérieur

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/245379515" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

"On ne peut qu'inciter les gens à aller chercher ces pastilles" (G. Bonnard, maire de Pélussin)


Parmi les communes ligériennes concernées : Pélussin. Son maire Georges Bonnard nous précise le rôle des communes dans cette campagne de prévention

[soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/245379049" params="color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false" width="100%" height="166" iframe="true" /]

A Pélussin, les habitants sont invités à retirer leurs comprimés d’iode, avec un bon de retrait qu'ils ont dû recevoir par courrier, à la pharmacie du Viaduc. 14 autres communes de la Loire sont également concernées. Il est important de préciser que cette campagne de prévention n’a rien à voir avec les risques d’attentats dans le pays.