SNF à Andrézieux : le fondateur de l’usine soupçonné de distribuer illégalement de la chloroquine

Photo ACTIV RADIO juin 2018

MAJ 16h45

Il a été placé en garde à vue puis relâché.

Une enquête ouverte par le parquet

René Pich, le directeur général délégué de SNF a été entendu par les gendarmes de Montbrison. Il est soupçonné d’avoir importé 900 comprimés de chloroquine, des comprimés importés depuis l’Inde pour en proposer éventuellement à ses salariés, en cas de contamination au Covid 19.

Le parquet de Saint Etienne a ouvert une enquête pour  « exercice illégal de la pharmacie et de la médecine ». Un signalement avait été fait par l’inspection du travail. Une plainte du syndicat CFDT de la chimie a été déposée.

Retour sur les faits avec Maitre Buffard, l’avocat du directeur général délégué :

« Il a voulu aider, et se retrouve accusé » 

Pour l’avocat de René Pich, l’acte de son client n’est pas un délit : il a seulement voulu aider.  On écoute Maître Buffard  :

Les auditions se poursuivent, le site de SNF à Andrézieux compte 1300 salariés.

Le procureur de la République de Saint-Etienne précise ce mardi après-midi que tous les cachets de chloroquine manquants ont été retrouvés, « stockés en milieu hospitalier. Tout danger est donc écarté. » avant de poursuivre : « la réponse pénale sera donnée ultérieurement en tenant compte de l’absence d’esprit lucratif dans la commission de ces faits qui auraient pu avoir des conséquences dangereuses« .

Photo ACTIV RADIO juin 2018

Journaliste