Fusion CHU et Institut Cancérologie : le grand débat

Le CHU de Saint-Etienne / photo ACTIV RADIO

Ils ne doivent former plus qu’un au 1er janvier 2022, le CHU de Saint Etienne va fusionner avec l’institut de cancérologie Lucien Neuwirth. 

L’information a été confirmée par Olivier Bossard, le directeur du CHU en fin de semaine dernière. Il a tenu être transparent face à ces « informations fausses et erronées » qu’il entend depuis quelques temps sur le sujet.

Décision difficile à entendre pour Elizabeth Seauve ainsi que le reste de la CGT notamment sur les garanties pour les salariés. Ecoutez :

Le directeur du CHU Olivier Bossard, reconnaît ne pas pouvoir donner un statut similaire aux salariés de l’institut une fois au CHU :

Un désaccord assez important entre les deux parties  

Selon les membres de l’ICLN, cette décision de fusion a été trop précipitée. De ce fait, 5 oncologues ont déjà déposé leurs démissions pour le 1er janvier 2022. Ces médecins devraient se diriger vers le secteur privé, ce qui entraînerait une concurrence avec l’établissement public où ils travaillaient jusqu’à présent.  Le Professeur Eric Alamartine, président de la Commission Médicale d’Etablissement du CHU insiste quant à lui sur le fait qu’il n’y aura « aucun bouleversement sur le travail des salariés ». 

La manipulatrice en radiothérapie et représentante de la CGT du personnel à l’ICLN n’est pas convaincue par cette fusion. Elle explique les raisons qu’elle a reçue lors de l’annonce du projet :

A son tour, le directeur général du CHU a tenu à expliquer cette volonté de réunir les deux établissements et l’intérêt qu’il en ressortirait :

Tandis que l’institut de cancérologie a écrit au Premier Ministre pour tenter de repousser ce délai, le CHU lui, campe sur ses positions. Un point commun relit cependant les deux parties : le bien-être des patients avant tout. 

Sujet signé Anna Vergiat 

Le CHU de Saint-Etienne / photo ACTIV RADIO

Journaliste
Infos après-midi