Tourisme dans la Loire : un retour à la normale après le Covid

19 septembre 2022 à 7h16 par Nicolas Georgeault

Touriste dans la Loire,  image d'illustration
Touriste dans la Loire, image d'illustration
Crédit: Saint-Etienne Métropole

Alors que la saison estivale se finit, quel bilan pour le tourisme ligérien ?

L'après Covid-19

Après deux années marquées par le Covid-19 Christophe Bazile, le Président de Loire Forez Agglomération évoque « non seulement un retour à la normale mais je pense qu’on va même dépasser les chiffres de 2019 » alors que pour Robert Karulak, vice-président de Saint-Etienne Métropole : « on est en voie de normalisation ». 

La clientèle étrangère a par exemple connu une hausse de 17% par rapport à l’an dernier sur Saint-Etienne Métropole couplé à « une hausse des clientèles nationales » ajoute Stéphane Devrieux, le directeur de l’office du tourisme de Saint-Etienne Métropole. Christophe Bazile note de son côté un « retour des Allemands et de Belges ». En parallèle, la clientèle locale qui représente 70% de la fréquentation « se stabilise » sur Saint-Etienne Métropole.

La stratégie touristique de Loire Forez Agglomération expliquée par Christophe Bazile : 

La nature attire particulièrement 

« Les gîtes ruraux, c’est vraiment le type d’hébergement sur les espaces naturels qui fonctionnent bien » explique Stéphane Devrieux. « Les gîtes ont été pris d’assaut, ils ont été complets » corrobore Christophe Bazile. Les hôtels ont par exemple bien fonctionnés en juillet et un rendement « plus disparate » en août sur Saint-Etienne Métropole tandis que leur résultat est « mitigé » sur Loire Forez Agglomération. Les campings ont « bien fonctionné » de leur côté avec une hausse de 15% dans celui de Montbrison par rapport à l’année dernière « qui était déjà la meilleure année. »

Parmi les sites touristiques qui ont été les plus fréquentés Stéphane Devrieux cite le parc naturel du Pilat : « on a une évolution sur ces dernières années qui est importante », Christophe Bazile prend lui l’exemple du site naturel des Hautes Chaumes. Ce qui attire « c’est le sport nature [...] On peut facilement faire de la marche, du vélo ou de la course à pied » analyse-t-il.

La stratégie des offices du tourisme expliquée par Christophe Bazile : 

Les températures caniculaires de l’été ont tout de même « limité la pratique des activités de pleine nature et de ceux qui en proposent à cause des fortes chaleurs » précise Robert Karulak, vice-président à la métropole de Saint-Etienne. Les croisières dans les Gorges de la Loire ont par exemple augmenté de presque 40% en un an sans atteindre la fréquentation de 2019.

« Les personnes qui restent une semaine viennent visiter Saint-Etienne pendant cette période » Stéphane Devrieux

Robert Karulak explique la stratégie pour attirer des touristes sur Saint-Etienne Metropole :

Qu’est-ce qui a attiré ?

L’autre avantage du territoire ligérien c’est « le patrimoine » pour Christophe Bazile. « Loire Forez c’est beaucoup de sites, chacun individuellement n’est pas forcément une énorme locomotive mais il y a une vraie synergie de ce paysage et de ces villages de caractère » explique-t-il. Seule exception, le château d’Essalois, qui sort du lot avec 20 000 visites cet été (environ autant que le site le Corbusier en un an à titre de comparaison). 

Le site de la Chartreuse ou le château de Bouthéon ont de leur côté connu des baisses de fréquentation avec respectivement -6% et -15% de visiteurs.

Robert Karulak nous parle de l'impact du Tour de France sur le tourisme : 

A Saint-Etienne, le Musée des Verts a également doublé sa fréquentation en un an sans pour autant atteindre les niveaux de 2019 et le musée d’art moderne et contemporain a attiré un tiers de visiteurs de plus qu’il y a trois ans. Sur le site le Corbusier à Firminy « une très bonne fréquentation supérieure aux chiffres de 2019 » est souligné par la directrice du site Géraldine Dabrigeon avec les résultats avec l’exposition sur le champ des possibles « qui a très bien fonctionné ».