Une pré-rentrée scolaire marquée par la pénurie d'enseignants

31 août 2022 à 9h54 par Nicolas Georgeault

Une salle de classe, photo d'illustration
Une salle de classe, photo d'illustration
Crédit: Pixabay.

Un jour avant la rentrée scolaire officielle, les enseignants se réunissent pour la préparer dès ce mercredi.

Quel est le rôle de cette journée ?

Comme chaque année, un jour avant l’arrivée des élèves, les enseignants se réunissent dans leur établissement pour la pré-rentrée. « Nous commençons par une Assemblée Générale où le chef d’établissement et son adjoint/adjointe nous présentent la journée, nous donnent les résultats du baccalauréat.... Ils nous rappellent comment vont se dérouler les jours qui viennent » raconte Sandrine Melot, professeur d’anglais au lycée Etienne Mimard à Saint-Etienne.

Un moyen de déjà préparer la journée du lendemain : « le 1er septembre nous faisons une intégration des élèves de seconde. On a déjà tout un programme prêt pour eux. Le chef d’établissement nous présente aussi les nouveaux collègues qui ont obtenu leur mutation, les stagiaires etc. » 

Sandrine Melot décrit à quoi ressemble une journée de pré-rentrée :

La rentrée se prépare depuis plusieurs mois

« La rentrée se prépare à partir de janvier dans les établissements quand on commence à recevoir les moyens qui nous serons alloués pour travailler l’année suivante. On sait à ce moment-là si on nous supprime des classes, les effectifs... ». Sandrine Melot sait par exemple qu’elle aura cinq classes avec environ 35 élèves dans chacune d’elle cette année.

Sandrine Melot est déjà dans la préparation de l’année scolaire qui arrive :

 

C’est à partir de mai-juin que la répartition des classes se fait entre les professeurs de la même discipline. Il n’y a plus qu’à préparer les cours. Certains préfèrent le faire « juste à la fin » de l’année scolaire et d’autres préfèrent les préparer « avant la pré-rentrée ».

Sandrine Melot a commencé à préparer ses cours il y a deux semaines :

Une situation tendue

L’Education Nationale fait face à une pénurie de 4000 enseignants, sur les 866 000 que compte la France. Si le ministre de l’Education Pap Ndiaye a assuré qu’il y aurait « un professeur devant chaque classe » pour Sandrine Melot « on le voit bien qu’il n'y aura pas un professeur devant chaque classe. Peut-être qu’il y aura un adulte devant chaque classe, ce qui n’est pas pareil. » avertit-t-elle. « Récemment, il y a eu des jobs dating, des professeurs recrutés en trente minutes pour faire face à une classe... Ce n’est pas sérieux. » dénonce-t-elle.

Les démissions d’enseignants sont en hausse constante : 1 554 professeurs ont définitivement quitté le système éducatif public en 2019-2020 contre 2 286 en 2020-2021. En 2008-2009, on ne recensait que 364 démissions. Pour pallier à ce manque d’enseignants le ministère de l'Education nationale a fait appel à 3 000 contractuels supplémentaires cette année.